Séances Vendredi 12 janvier 2024

– Note d’information de Mme Françoise BRIQUEL CHATONNET, membre de l’AIBL, M. Stevens Bernardin, doctorant à la Sorbonne,  Mme Jimmy Daccache, chercheuse associée à l’équipe Mondes sémitiques du laboratoire Orient & Méditerranée UMR 8167 et M. Robert Hawley, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études : « Un lot d’ostraca en phénicien découvert à Kition (Larnaca, Chypre). »

 

– Communication de M. Jean-Pierre Devroey,  membre de l’Académie royale de Belgique, professeur émérite de l’Université libre de Bruxelles, sous le patronage de M. Dominique BARTHÉLEMY : « Climat et société. Comment intégrer les données paléoclimatiques à l’histoire du pouvoir et de la société franques au IXe siècle ? »

 

Résumé

Quatre ans après la publication de La nature et le roi, Environnement, pouvoir et société à l’âge de Charlemagne (740-820) (Albin Michel, 2019), la communication présente un bilan des résultats obtenus à propos de l’étiologie des crises frumentaires dans la perspective des réponses et interactions des sociétés médiévales avec le climat. Contre l’idée largement répandue d’une dictature du climat sur les sociétés préindustrielles. L’analyse des mesures prises par les premiers carolingiens dans la seconde moitié du VIIIe et au IXe siècle met en lumière l’importance de l’activité législative et de la construction idéologique d’une économie politique sur la question des subsistances et des marchés, sans toutefois apporter de preuves décisives sur leur effectivité. L’examen d’une séquence supplémentaire d’années difficiles, au début de la décennie 820, permet d’illustrer les conditions critiques d’un interdisciplinarité vertueuse entre spécialistes des données paléoclimatiques, historiens et archéologues. La dynamique des crises de subsistances s’avère un processus complexe, avec des dimensions géo-et bioclimatiques. Malgré la répétition d’aléas climatiques (été froid et précipitations abondantes) affectant la productivité agraire, les événements des années 820-824 ont une dimension régionale éclairée par l’examen des sources écrites. Le « mauvais temps » altère l’image du gouvernement de Louis le Pieux dans la production littéraire jusqu’à L’histoire des fils de Louis le Pieux de Nithard. Les facteurs de résilience dans l’Europe franque doivent être recherchés dans la dynamique démographique et la mobilité des populations, dans l’adaptation à leur environnement des agricultures paysannes et les pratiques agroécologiques, et dans l’intensification du travail permise par la prépondérance de la petite exploitation paysanne. La diversité régionale illustrée par les sources écrites et archéologiques dément les montées en généralisation qui postulent une relation mécanique entre les aléas climatiques et leurs conséquences politiques et économiques.

 

 Abstract

Four years after the publishing of La nature et le roi, Environnement, pouvoir et société à l’âge de Charlemagne (740-820) (Albin Michel, 2019), our lecture will review results gathered on how medieval societies responded to and interacted with the climate during the frumentary crises. It challenges the widespread idea that the climate dictated the fate of pre-industrial societies. An analysis of the measures taken by the first Carolingians during the second half of the eighth and ninth centuries highlights the importance of legislative activity and the ideological construction of a political economy on the issue of subsistence and markets, without, however, providing decisive evidence of their effectiveness. Examination of a further sequence of difficult years, at the beginning of the 820s, illustrates the critical conditions necessary to ensure that specialists in paleoclimatic data, historians and archaeologists work in a virtuous interdisciplinary manner. The dynamics of subsistence crises is a complex process, with geo-and bioclimatic dimensions. Despite the recurrence of climatic hazards (cold summers and heavy rainfall) affecting agricultural productivity, the events of 820-824 have a regional dimension, as can be seen from the written sources. The « bad weather » altered the image of Louis the Pious’s government in literary works as far back as Nithard’s L’histoire des fils de Louis le Pieux. The factors of resilience in Frankish Europe must be sought in demographic dynamics and population mobility, in peasant farmers’ adaptation to their environment and agroecological practices, and in the intensification of work made possible by the preponderance of small peasant farms. The regional diversity illustrated by written and archaeological sources contradicts the generalisations that postulate a mechanical relationship between climatic hazards and their political and economic consequences.