Séances Séance du 8 Avril 2022

– Communication de Mme Bérangère Redon, chargée de recherche au CNRS (laboratoire HiSoMA, directrice de la MFTMP) : « Dix ans de fouilles à Plinthine / Kôm el-Nogous : réflexions sur l’histoire d’un village viticole de Maréotide (Égypte) »

Résumé

Les deux sites archéologiques d’Abousir et Kôm el-Nogous, qui abritent les ruines des localités antiques de Taposiris Magna et Plinthine, sont situés à la marge occidentale de l’Égypte. Séparés seulement de 2 km à vol d’oiseau, ils sont implantés au sommet et sur les pentes d’une crête rocheuse très étroite qui sépare la mer Méditerranée du lac Maréotis. En raison de leur proximité, mais aussi certainement de leur complémentarité, les deux toponymes sont presque systématiquement associés dans les sources antiques. C’est donc tout naturellement que la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (MFTMP) a choisi depuis 1998 d’étudier les deux sites en parallèle, l’histoire et les vestiges de l’un éclairant ceux de l’autre. L’histoire des deux villes telle qu’elle se dessinait au début de nos travaux était celle de deux localités contemporaines, fondées par les Gréco-macédoniens à la suite de la fondation d’Alexandrie et placées naturellement dans l’orbite culturelle et économique de cette dernière. Plinthine était considérée comme une localité secondaire, abandonnée rapidement à la fin de l’époque hellénistique, et ayant vécu à l’ombre de la localité de Taposiris Magna.

Les travaux réalisés par nos équipes depuis 2012 sur le kôm el-Nogous ont permis de revoir entièrement la place de Plinthine dans le binôme formé par les deux villes. De manière assez inattendue, tant les vestiges datant de ces époques dans la région étaient jusqu’alors très rares, les fouilles de la MFTMP ont mis au jour une agglomération pharaonique sous le kôm de Plinthine, dont l’occupation remonte au moins au Nouvel Empire. Doté d’un temple élevé par Ramsès II, le village semble tourné dès son origine vers la production de vin. À l’époque saïto-perse, cette activité domine toutes les autres et la viticulture est toujours pratiquée avec intensité par les colons grecs établis à Plinthine au début de l’époque hellénistique. Cette communication s’intéressera aux activités et à l’identité des habitants du village au cours du millénaire et demi de son occupation, que nous essaierons de retracer en examinant la culture matérielle et les sources textuelles mises au jour au cours des dernières campagnes de fouille.

Mots-clés : Égypte ; Maréotide ; viticulture ; époque pharaonique ; époque ptolémaïque

Abstract

The two archaeological sites of Abusir and Kom el-Nogous, which are probably to be identified with the ancient settlements of Taposiris Magna and Plinthine, are located at the western fringes of Egypt. Separated only by 2 km as the crow flies, they are located at the top and on the slopes of a very narrow rocky ridge that separates the Mediterranean Sea from Lake Mareotis. Because of their proximity, but also certainly because of their complementarity, the two toponyms are almost systematically listed together in the ancient sources. It is thus quite naturally that the French mission of Taposiris Magna and Plinthine (MFTMP) chose since 1998 to study the two sites in parallel, the history and the vestiges of the one illuminating those of the other. The history of the two cities, as it appeared at the beginning of our work, was that of two contemporary localities, founded by the Greco-Macedonians following the foundation of Alexandria and naturally placed in the cultural and economic orbit of the latter. Plinthine was considered a secondary village, quickly abandoned at the end of the Hellenistic period, and having lived in the shadow of Taposiris Magna.

The work carried out by our teams since 2012 on the Kom el-Nogous has led to a complete revision of the place of Plinthine in the pair formed by the two settlements. Quite unexpectedly, as the remains dating to these periods in the region were until then very rare, the excavations carried out by the MFTMP have brought to light a Pharaonic agglomeration under the kom of Plinthine, whose occupation dates back to the New Kingdom at least. With a temple erected by Rameses II, the village seems to have been dedicated to wine production from its foundation. In the Saito-Persian period, this activity dominated all others and viticulture was still practiced intensively by the Greek settlers at Plinthine in the early Hellenistic period. This paper will focus on the activities and identity of the inhabitants of the village during the millennium and a half of its occupation, which we will try to trace by examining the material culture and textual sources uncovered during the last excavation campaigns.

Keywords : Egypt ; Mareotis area ; viticulture ; Pharaonic period ; Ptolemaic period