Séances Vendredi 1er décembre 2023

La Société des Études latines fut fondée il y a cent ans cette année, en 1923, par Jules MAROUZEAU (1878-AIBL 1945-1964) ; la présidence de la Société fut assurée, à ses débuts, par Louis HAVET (1849-AIBL 1893-1925). Leur intention était de mettre fin à l’isolement des enseignants et des chercheurs en langue, littérature et civilisation latines et de créer une instance où ils pourraient échanger leurs informations, débattre de leurs résultats et de leurs méthodes et disposer « d’une orientation qui leur » ferait « découvrir des routes nouvelles ». Toutes les spécialités et toutes les époques de la latinité y seraient représentées ; Jules MAROUZEAU était attaché, en particulier, à la dimension internationale de cette entreprise. Depuis un siècle, des générations de savants se sont efforcées et s’efforcent encore, dans le même esprit que ces fondateurs, de répondre aux attentes de leur programme. Le but de ces journées de célébration est de retracer l’apport de cette Société aux études latines.

 

♦ Communications de la séance (15h30-17h30), sous la présidence de M. Yves-Marie BERCÉ :

♦ « Le siècle de la Société des Études latines », par M. Bruno Poulle, sous le patronage de MM. Pierre
LAURENS et Carlos LÉVY ;

♦ « L’année 1997, un travail de mémoire », par M. Pierre LAURENS ;

♦ « La philosophie romaine est-elle une invention française ? », par M. Carlos LÉVY.

 

La célèbre mosaïque de Sousse, dont une reproduction orne le programme du centenaire de la Société des Études latines, représente le poète Virgile entouré des muses de l’histoire et de la tragédie, un rouleau de papyrus ouvert sur les genoux, sur lequel est écrit l’un des premiers vers de l’Énéide [I, 8] : Musa mihi causas memora, quo numine laeso / Quidve… (Muse, rappelle-moi quelle cause, quelle offense à sa volonté, quel… )

 

 

Pour plus d’information sur ce colloque →