Coupoles Yves-Marie BERCÉ : La vie et les travaux de l’Académie en 2023

Yves-Marie BERCÉ : La vie et les travaux de l’Académie en 2023

 

 

Monsieur le Chancelier de l’Institut de France, 

Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’Académie française, 

Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, 

Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences morales et politiques, 

Madame et Monsieur les Secrétaires perpétuels honoraires, 

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, 

Monseigneur, 

Monsieur le Général, 

Mesdames les directeurs de grands établissements, 

Madame et Monsieur les fondateurs, 

Chers Confrères, chères Consœurs,  

Chers collègues, 

Mesdames, Messieurs, 

 

 

Membres disparus

 

Dans le discours qui clôture les travaux d’une année, le président de l’Académie a pour premier devoir de rappeler le souvenir de nos disparus. En 2023, un de nos confrères nous a quitté ainsi que deux de nos correspondants. 

Élu membre de l’Académie au fauteuil de François CHAMOUX le 24 avril 2009, Olivier PICARD est décédé à Thasos le 1° septembre dernier, à l’âge de 83 ans. Sa disparition nous a d’autant plus frappé que cette année même, il assumait conjointement les charges de président de notre Académie et celle de Président de l’Institut de France. 

Helléniste et historien du monde grec, à la fois archéologue, épigraphiste et numismate, Olivier PICARD s’était imposé comme le plus éminent connaisseur du site antique de Thasos et c’est sur ce lieu même qu’il est venu à disparaitre. Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, ancien membre de l’École française d’Athènes et docteur ès lettres, il dirigea l’établissement fameux de la rue Didotou durant deux mandats, de 1981 à 1992. Il y organisa en 1992 les cérémonies du Centenaire de la grande fouille de Delphes par l’École française d’Athènes, moment très fameux des annales de cette École qui avait été fondée en 1846 à l’initiative de notre compagnie. Professeur émérite à la Sorbonne, Olivier PICARD fut le fondateur en 1996 et pendant de longues années le directeur de la Maison de l’Archéologie à l’Université de Nanterre. Savant inlassable, il fut très actif au sein de la Commission consultative de recherches archéologiques à l’étranger du ministère des Affaires étrangères. Membre de nombreuses sociétés savantes, il fut président de la Société française de Numismatique et de l’Association des Études grecques. Son œuvre scientifique est pionnière et abondante ; nous lui sommes redevables d’inventaires des monnaies de bronze, instrument essentiel de l’économie antique, notamment de celles de Marseille et d’Alexandrie, et de plusieurs remarquables monographies : Les Grecs face à la menace perse / Guerre et économie dans l’alliance athénienne (490-322 av. J.C.) / Royaumes et cités hellénistiques de 323 à 55 av. J.C. / ou encore Economie et Société dans la Grèce ancienne (477-88 av. J.C.), etc. 

Correspondant de notre Académie, Philippe GIGNOUX, orientaliste, est décédé le 24 septembre 2023 à l’âge de 92 ans. Il était un spécialiste éminent des études iraniennes, particulièrement de la langue pehlvi et de l’histoire du zozoastrisme. Il tint pendant trente ans à la V° section de l’École pratique des Hautes études une chaire de « Religions de l’Iran ancien ». Il fut le fondateur de la revue Studia iranica et compta parmi les créateurs de la Societas Iranologica Europaea. Il dirigea de 1991 à 2004 le programme « Collection des sources pour l’histoire de l’Asie centrale préislamique », soutenue par l’Union académique internationale. 

Nommé correspondant étranger le 27 mai 2011, l’historien et philologue Zaza Aleksidzé, s’est éteint à Tbilissi le 24 janvier 2023, à l’âge de 87 ans. Membre de l’Académie des sciences de Géorgie, professeur à l’Université de Tbilissi, il était spécialiste éminent des cultures écrites du Caucase. Il est célèbre pour ses travaux sur les manuscrits géorgiens du monastère de Sainte-Catherine du Sinaï, mis au jour en 1991. Il y élucidait notamment dans deux manuscrits palimpsestes une forme d’écriture du Caucase, l’albanien, alphabet disparu depuis un millénaire. Il donna à notre Académie la primeur de cette découverte.

 

Nouveaux membres

 

Après cette litanie, brève heureusement, qui rend hommage à des savants disparus et à leur héritage de travaux exceptionnels, il convient d’envisager l’avenir et de saluer l’élection de nouveaux académiciens, associés et correspondants. 

L’Académie a accueilli deux nouveaux membres, deux associés étrangers et huit correspondants français. 

 

♦ Le 17 février 2023, M. Alain de LERIBA a été élu académicien au fauteuil du regretté Philippe CONTAMINE. 

Agrégé de philosophie, directeur d’études à la V° section de l’École pratique des Hautes études, professeur honoraire à l’Université de Genève, professeur émérite au Collège de France, Alain de LIBERA est spécialiste de la philosophie, de la psychologie, de la métaphysique au Moyen Âge. Ses études de la logique et du langage, sont, selon ses termes, une archéologie du savoir qu’il entend comme histoire du sujet et quête de l’identité. On lui doit des travaux majeurs sur la mystique rhénane, sur les œuvres de Maitre Eckart, sur saint Thomas d’Aquin et encore sur l’averroïsme et sur le néoplatonisme des siècles médiévaux. 

 

♦ Le 23 juin 2023, Mme Pascale BOURGAIN a été élue académicienne au fauteuil de la regrettée Juliette de LA GENIERE. 

Archiviste paléographe, ancien membre de l’École française de Rome, ancien conservateur au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Mme Pascale BOURGAIN est professeur émérite à l’École nationale des chartes, où elle enseignait l’histoire et la tradition des textes littéraires. Spécialiste internationalement reconnue du latin médiéval, ses travaux ont porté notamment sur la poésie lyrique et sur l’historiographie dans la latinité du Moyen Âge. 

 

♦ Le 24 mars 2023, l’Académie a élu associer étranger l’helléniste Philip J. VAN DER EIJK au fauteuil de Giles CONSTABLE. 

M. Philip J. VAN DER EIJK, néerlandais, est professeur à l’Université Humboldt de Berlin et membre de la Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften. Historien de la philosophie et de la médecine grecques, il consacre ses recherches aux doctrines médicales et aux rapports intellectuels entre la médecine et la philosophie dans l’Antiquité, notamment chez Aristote et dans la tradition aristotélicienne. 

Le même jour, a été élu associé étranger l’archéologue Michal GAWLIKOWSKI au fauteuil de la regrettée Lellia GRACCO RUGGINI. 

Michal GAWLIKOWSKI, polonais, est professeur à l’Université de Varsovie, membre de l’équipe d’épigraphie sémitique du CNRS et correspondant du Deutsches archäologisches Institut de Berlin. Connaisseur du Proche-Orient antique, ses travaux très novateurs portent sur l’histoire de la cité de Palmyre, sur la civilisation palmyrénienne et particulièrement sur ses institutions et sa religion. 

 

♦ L’Académie avait également procédé le 9 décembre 2022 à l’élection de huit correspondants français. 

Ce sont M. François Baratte, ancien conservateur au musée du Louvre, professeur émérite à la Sorbonne, archéologue, spécialiste de l’architecture et de l’urbanisme des provinces romaines et byzantines d’Afrique. 

M. Sylvain Brocquet, professeur à l’Université D’Aix-Marseille, indianiste, spécialiste de la langue et de la littérature sanskrite. 

M. Patrick Gilli, ancien professeur à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, médiéviste, historien des Renaissances et du premier humanisme. 

Mme Sylvie Lefèvre, professeur à la Sorbonne, spécialiste de langue et littérature française du Moyen Âge. 

Mme Amina Mettouchi, directeur d’études à la IV° section de l’École pratique des Hautes études, linguiste, berbérisante. 

M. Nicolas Michel, professeur à l’Université d’Aix-Marseille, arabisant, spécialisé dans l’histoire du monde arabe rural à l’époque moderne. 

M. Philippe Papin, directeur d’études à la IV° section de l’École pratique des Hautes Études, historien du Vietnam, spécialisé dans l’histoire de la société rurale dans le Vietnam de l’époque moderne. 

– Et enfin M. Marwan Rashed, helléniste, professeur à la Sorbonne, historien des philosophies grecque et arabe. 

 

Séances et colloques

 

Depuis sa séance solennelle du 25 novembre 2022, l’Académie a tenu 32 séances publiques, entendu 47 communications ou notes d’information, ainsi que de nombreux hommages d’ouvrages récents. Elle a aussi réuni 61 commissions et 4 conseils d’administration de fondations abritées. 

Depuis plus d’un an, l’ensemble des séances et manifestations diverses de l’Académie sont filmées. Les vidéos ainsi réalisées sont mises en ligne sur notre site internet, permettant une plus vaste diffusion des travaux des académiciens et des autres savants accueillis chaque vendredi dans sa grande salle des séances. Ces vidéos précédent la publication dans nos Comptes rendus. De la sorte, une cinquantaine de films peuvent maintenant être visionnés par les internautes. 

L’Académie attentive à son rôle d’animation de la recherche a également accueilli ou organisé 6 manifestations scientifiques. 

 

Ainsi, en décembre 2022, elle a célébré le centenaire de la Délégation archéologique française en Afghanistan, fondée par l’archéologue et indianiste Alfred FOUCHET. Cet éminent spécialiste de l’art gréco-bouddhique du Gandhâra fut élu membre de notre Académie en 1928. 

 

♦ Le vendredi 20 janvier 2023 ont été présentés les actes, édités par l’Académie, du colloque « Sainte Geneviève. Histoire et mémoire». Il avait été organisé avec le Collège des Bernardins et la Sorbonne pour commémorer le 16° centenaire de la naissance de la sainte patronne de Paris. 

 

♦ Les 20 et 21 avril 2023, notre Compagnie, en partenariat avec la Société asiatique et le Collège de France, a fait tenir un colloque sur les « Mythes d’origine dans les civilisations de l’Asie ». 

 

♦ Les 6 et 7 juin 2023, l’Académie et le Centre national de la Recherche archéologique du ministère de la Culture ont organisé des Assises scientifiques de l’archéologie française en France et à l’étranger. Due à l’initiative de notre Secrétaire perpétuel, cette réunion de plus de trois cents chercheurs a mis en évidence la place majeure de cette discipline dans les sciences humaines et environnementales. Elle a souligné ses liens avec la société actuelle et enfin le rôle tout particulier de notre Académie aux origines de l’archéologie et dans l’affirmation de sa dimension mondiale. 

 

♦ Le 5 octobre, le comité Du Cange de l’Académie a réuni de nombreux philologues français et étrangers pour une journée d’études. Elle s’inscrivait dans le cycle de conférences dit « Voces. Le Moyen Age latin à travers ses mots clés », consacré cette année au thème des émotions et de leurs représentations. 

 

♦ À l’occasion des 150 ans des premières fouilles à Délos de l’École française d’Athènes, avec le concours de sa directrice Mme Véronique Chankowski, l’Académie a tenu les 13 et 14 octobre derniers le 33° colloque de la Villa Kerylos sut le thème : « Délos, au cœur de la Méditerranée ». 

 

♦ Enfin, lors de la séance solennelle de rentrée des Cinq Académies le 24 octobre dernier, dont le thème portait sur « l’Eau », notre confrère John SCHEID a prononcé l’un des cinq discours qu’il intitulait : « Des dieux, des hommes et des eaux ». 

 

Prix et Fondations

 

♦ Le 9 décembre 2022, Mme. Nadine Cherpion, professeur à l’Université catholique de Louvain, a reçu le prix Jean et Marie-Françoise LECLANT 2022, d’un montant de 10.000 E., attribué pour soutenir l’édition de son ouvrage sur Les peintres de l’Égypte ancienne. Leur langage. Leurs palettes. Leurs styles, qui a été publié depuis lors. 

 

♦ Le jeudi 15 décembre 2022 a eu lieu la réunion amicale de remise du prix pour 2022 Christiane et Jean GUILAINE qui a été décerné à l’archéologue et protohistorienne italienne Fulvia Lo Schiavo couronnant ses travaux sur l’âge du Bronze récent et le premier âge du Fer en Méditerranée occidentale. 

 

Le 2 juin 2023, le Secrétaire perpétuel Nicolas GRIMAL, Madame Monique TREDE, membre de l’Académie et M. Marc Baratin, correspondant de l’Académie, président de l’Association de Sauvegarde des Enseignements littéraires, ont remis les prix Jacqueline de ROMILLY de la nouvelle, placé sous le patronage du ministère de l’Éducation nationale, à sa neuvième promotion de lauréats. 

 

♦ Le 21 juin, lors de la séance solennelle des remises des Grands Prix de l’Institut de France, sous la Coupole, le Prix d’archéologie Simone et Cino Del Duca 2023 a été remis par le Secrétaire perpétuel Nicolas GRIMAL à M. Olivier Henry, pour soutenir les travaux de la Mission archéologique française à Labraunda en Turquie. 

 

♦ Le 27 juin, a été organisée au château de Chantilly, grâce à l’accueil généreux de Madame Anne Miller, son administratrice générale, et à la collaboration de ses équipes, la remise du Prix du duc d’Aumale, attribué en 2023, sur proposition de notre Académie au sinologue Christian Lamouroux pour son livre La Dynastie des Song. C’était la première fois qu’était remis publiquement, à l’initiative de notre Secrétaire perpétuel, ce prix annuel de l’Institut, décerné tour à tour par l’une des cinq académies. 

 

♦ Le 30 juin, Madame Raphaëlle Ziadé, conservatrice des collections byzantines du Petit Palais, a reçu le Prix d’histoire des religions de la Fondation « Les amis de Pierre-Antoine Bernheim » pour son ouvrage : L’art des Chrétiens d’Orient. De l’Euphrate au Nil. 

 

♦ Le 28 septembre, le prix Christiane et Jean GUILAINE 2023 a été décerné à l’archéologue et protohistorienne britannique Caroline Malone pour ses travaux, notamment sur l’âge du Bronze à Malte et en Sicile. 

 

♦ Le 10 novembre, l’Académie et la Fondation MINGUYAN de Hong Kong, dans un esprit de coopération entre la France et la Chine, ont procédé à la remise du prix d’études chinoises Léon Vandermeersch, d’un montant de 10.000 euros Il était décerné à M. Li Ling, professeur émérite à l’Université de Pékin, pour son œuvre consacrée à l’histoire intellectuelle et matérielle de la Chine pré-impériale. 

 

♦ Enfin, le 17 novembre dernier, M.Yann Tristant, professeur associé à la Katholieke Uiversiteit Leuven, a reçu le Prix Jean et Marie-Françoise LECLANT 2023, pour soutenir les travaux de la mission archéologique qu’il dirige à Dendera en Égypte. 

 

 

Relations internationales 

 

Les 8 et 9 juin, l’Académie a accueilli le Bureau de l’Union académique internationale qui y a tenu sa session annuelle, en présence du Pr. Klaus Herbers, président de cette Union. 

 

 

Communication

 

Dans le cadre de son programme d’actions pédagogiques, l’Académie a tenu en 2022-2023 une série de 9 visites conférences. Quelques 450 élèves du Second degré y ont ainsi pu rencontrer des académiciens. Les résumés des exposés, destinés à la curiosité et l’intelligence de ces lycéens, sont consultables sur le site internet de l’Académie, ainsi que, depuis cette année, leurs captations vidéo. 

 

Les 16 et 17 septembre, l’Académie a participé aux Journées européennes du patrimoine en organisant une exposition sur les Jeux dans les amphithéâtres du monde romain. Ont été présentés plusieurs documents du fonds Louis ROBERT, dont notamment l’estampage de la stèle funéraire d’un gladiateur grec d’Asie Mineure. 

 

Dans les tristes circonstances de la disparition de son Président, l’helléniste Olivier PICARD, l’Académie a tenu à lui rendre hommage en consacrant une vitrine à son œuvre d’épigraphiste. 

Enfin, à l’occasion des rencontres de l’ensemble des cinq académies. MM. Laurent PERNOT et Dominique BARTHÉLEMY, membres de notre compagnie, ont dédicacé leurs récents ouvrages. 

 

 

Publications 

 

Cette année, l’Académie a publié 5 fascicules, dont un sous presse, des Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et belles lettres, couvrant les mois de janvier 2021 à mars 2022. Elle a également publié 2 fascicules du Journal des savants ainsi que le tome 101 des Monuments Piot. 

Plusieurs volumes sont parus dans la collection des Mémoires : – Le premier tome de l’édition critique et traduction du procès de canonisation de Charles de Blois, duc de Bretagne (1319-1364), intervenu à Angers en 1371. – Deux tomes, enrichis d’une illustration considérable, des Opera selecta du regretté Paul BERNARD, membre de l’Académie, intitulés Autour d’Aï Khanum et La Bactriane et l’Orient. – Le volume 2 de la Topographia Palmyrena, concernant le centre urbain de Palmyre, la Venise des sables du désert syrien, victime des destructions catastrophiques perpétrées par l’État islamique lors de son triste et cruel apogée – Et enfin le catalogue, abondamment illustré, des antiquités égyptiennes des musées et collections de Suisse, stèles et bas-reliefs. 

 

La série des Obituaires de la collection Recueil des Historiens de la France a accueilli 2 nouveaux volumes : l’Obituaire de l’abbaye des Allois (diocèse de Limoges) et les Obituaires de Saint-Etienne et Saint-Caprais d’Agen. 

 

Cinq volumes d’actes de colloques ont paru dans la collection de Varia. 

D’un centenaire à l’autre. La Société asiatique de 1822 à 2022. 

Sainte-Geneviève. Histoire et Mémoire. 

Langeais, Foulque Nerra et les châteaux des pays de Loire. De l’an Mil à la première Croisade. 

L’École française d’Extrême Orient : 120 ans de recherche en Asie. 

La redécouverte du Levant, actes du 32° colloque de la Villa Kerylos. 

 

La numérisation des publications de l’Académie se poursuit sur le portail Persée, avec en cours la mise en ligne des Documents financiers du Recueil des historiens de la France. Le nombre de consultations de nos publications réunies sous un créneau spécifique est croissant. C’est ainsi que les Comptes rendus ont reçu l’an dernier environ un million de visites et plus de 60.000 téléchargements, ce qui les place parmi les dix revues scientifiques les plus consultées de Persée qui en compte cependant plus de trois cents. Dans ce contexte remarquable, le millionième titre mis en ligne par Persée en 2023 a été une publication de notre Académie, qui en effet alimente continument ce portail numérique en nouveaux volumes ; il s’agit pour ce millionième cas des actes du 26° colloque de la Villa Kerylos, consacré en 2015 à La Grèce dans les profondeurs de l’Asie. 

 

Rappelons encore que l’Académie diffuse les travaux de ses membres sur les réseaux sociaux, procédé qui attire effectivement plus directement les publics des jeunes générations. Elle a en 2023 lancé sur Instagram un compte qui fait découvrir en images des moments marquants de la vie académique comme séances hebdomadaires, cérémonies de remise d’épée et de remises de prix, visites d’expositions, rencontres d’académiciens avec des élèves du Secondaire, etc. 

 

*      

*       *

 

Comme ce palmarès vous l’a montré, l’Académie ne se contente pas seulement d’être fidèle aux traditions d’encouragement des recherches en histoire, en archéologie et en toutes les branches de sciences humaines sur toutes sortes de civilisations du passé, elle sait aussi faire profiter ces connaissances des plus récents instruments d’investigation et de moyens de vulgarisation qui peuvent se renouveler ou surgir aujourd’hui et demain. 

La fidélité est en fait un terme trop ambigu. On sait bien que la « Petite académie » réunie en 1663 avait pour but assigné la célébration du pouvoir politique, dont, selon les convenances de l’époque, la charge revenait aux lettrés et aux érudits. Au-delà de la disparition de Colbert puis de Louvois, une querelle académique fameuse s’achevait avec le siècle, elle voyait le triomphe de Modernes sur les Anciens. L’orientation intellectuelle avait changé et, ainsi que les travaux de Jean-Pierre BABELON et de Pierre LAURENS nous l’apprennent, le langage des inscriptions monumentales passait alors, significativement, du latin au français. Lors d’un nouveau règlement accordé en 1701 les ancêtres de notre compagnie venaient à envisager plutôt pour fonction et pour devoir de leur Académie dite des Inscriptions et Médailles la diffusion des sources, recherches et connaissances des lointains passés. C’est sans doute à cette vocation moins immédiate et plus intemporelle qu’il nous appartient d’affirmer une fidélité imperturbable.